« D'après les évaluations, la production de vanille devra connaître une hausse, cette année, par rapport à 2011. En effet, la quantité exportable est estimée entre 1 600 à 1 700 tonnes, contre 1 500 tonnes, l'année dernière. Cette situation permettra à Madagascar d'approvisionner davantage les marchés extérieurs car dans les autres pays les productions sont en baisse », souligne un responsable auprès d'une société exportatrice. « Mada­gascar pourra fournir entre 80 à 90 % du besoin mondial qui s'établit à 2 300 tonnes », continue cet opérateur.  Si la production s'améliore, le prix du kilo de la vanille se stabilise au niveau des producteurs dont la plupart ont déjà abandonné. Comme ce fut le cas pour les pays concurrents.  D'après les informations recueillies auprès d'un collecteur, le prix de la vanille verte s'affiche entre 2 000 à 5 000 ariary le kilo, en 2011. Une hausse de 1 000 ariary pourrait être appliquée au début de la campagne, prévue au début du mois de juillet.

Plus ou moins stable

Le kilo de la vanille préparée se maintient, par ailleurs, entre 20 à 21 dollars pendant les trois dernières années. Les opérateurs demandent alors l’aide de l’État pour soutenir cette performance.  « Les prix sont très bas et les producteurs se désintéressent davantage de la culture de vanille. Dans le Nord du pays, beaucoup se sont convertis à la riziculture. L’État pourra les aider par l'organisation de la promotion de la vanille naturelle auprès des pays consommateurs », propose un opérateur intervenant dans la SAVA. La fixation des tarifs, promue par l’État à un certain moment, n'est pourtant pas jugée opportune car elle pourrait avoir des impacts négatifs pour la Grande île. « Madagascar renforce sa position mais ce n'est pas l'occasion de dire qu'il doit dicter le prix et revivre la même situation qu'en 2003. Nous risquons de perdre la demande existante », soutient l'exportateur.

(Source : L'Express de Madagascar du 11/04/2012)