Les exportateurs de litchis tirent la sonnette d'alarme. Le bilan de la campagne qui prendra fin dans quelques jours inquiète les opérateurs, et les pousse déjà à penser sur la nécessité d'actions pour sauver la campagne 2012. Selon des estimations basées sur les réalisations de cette année, les premiers envois sur bateau conventionnel sont menacés de suppression, faute de produits répondant aux normes exigées par les importateurs.  Une situation qui se traduira par un gap de 6000 tonnes de litchis et par le retard de l'arrivée des fruits malgaches sur le marché européen. « Cette année déjà, nous n'avons pas pu remplir le premier bateau conventionnel, car il était difficile de trouver des litchis de bonne qualité, surtout en terme de calibre, au début de la campagne. Par ailleurs, des exportateurs ont abandonné leurs projets d'envoyer des litchis par conteneur, toujours pour la même raison », affirme un gérant d'une société exportatrice de litchis sous couvert d'anonymat. « L'année prochaine, si des mesures ne sont pas prises, il sera difficile d'assurer les premiers envois pour fin novembre », poursuit-il.  Outre la baisse du volume d'exportation, la montée des pays concurrents comme le Mozambique menace le pays. « Madagascar occupe toujours la première place dans la filière litchis, mais il ne faut pas oublier que des pays comme le Mozambique se sont lancés dans la culture il y a presque une dizaine d'années. Ils ne possèdent certes pas encore d'infrastructures nécessaires aux activités d'exportation. Il faut en profiter pour redresser rapidement la filière », annonce Faly Rasamimanana, un opérateur de litchis.  La mise en œuvre des actions concertées, notamment dans la lutte contre le changement climatique, figure parmi les solutions proposées par les opérateurs. 

Changement climatique

L'idée d'un partenariat des acteurs de la filière avec les chercheurs professionnels est aussi avancée. « Les impacts du changement climatique sont  très flagrants. Le niveau bas des eaux des rivières dans les zones productrices est un exemple concret. La production a  diminué, les fruits sont de petite taille, et le transport fluvial est pénalisé. Les petits navires ne peuvent pas assurer normalement le transport des fruits à partir des points de collecte », soutient Zaka Haritiana, collecteur de litchis. « Tous les acteurs de la filière, y compris les bailleurs, le secteur public ainsi que les opérateurs privés comprenant les exportateurs, les collecteurs, les transporteurs et autres doivent se concerter et mettre en place une politique sectorielle pour les produits d'exportation dans une région donnée », déclare pour sa part Faly Rasamimanana. 

(Source : L'Express de Madagascar du 22/12/2011)