Cette déclaration a été partagée par Vonintsalama Andriambololona, secrétaire générale du ministère des Finances, qui a rappelé la visibilité de ce déclin dans la chute de l’investissement public ne totalisant plus que 250 millions de dollars en 2010, soit 2,5 fois moins qu’en 2008. Dans ces conditions, il n’est guère surprenant que le pays ne soit plus en mesure de fournir les biens et services publics sollicités par la population.

Problème de transparence

La crise politique, depuis 2009, a renforcé les faiblesses des finances publiques malgaches comme la faible pression fiscale, l'allocation sous optimale des dépenses publi­ques, le manque de transparence dans l’exécution de certaines catégories de dépense, et la quasi-absence de contrôles indépendants sur l’utilisation des deniers publics. La secrétaire générale a suggéré le besoin d’une plus grande collaboration entre l'État et la banque pour créer des synergies et améliorer les procédures internes de l’État, mais aussi pour s’assurer que l’argent des bailleurs est utilisé de la manière la plus efficiente possible. Le professeur de l’ENAM, Gabhy Rajanoey, présent à la conférence-débat a lancé un plaidoyer pour prendre en compte les voix et les compétences des techniciens. Sahondra Rabenarivo, juriste, a rappelé l’importance de la décentralisation budgétaire pour encourager une plus grande participation des autorités locales et des usagers des services publics. 

(Source : L'Express de Madagascar du 24/10/2011)